h LSDreams - 44: Bribes :04: L'humble araignée

   
  LSDreams
  44: Bribes :
04: L'humble araignée
 





 
04 
Un autre signe précurseur fut qu’un soir, peu après que l’effet de la drogue se soit  manifesté, j’éprouvai l’envie d’uriner et, chose tout à fait inhabituelle, j’allumai une cigarette avant de me rendre au cabinet de toilette.
Debout devant le siège et, tandis que je me soulageais
la vessie, je suivis du regard l’ascension dans l’air
de la colonne de fumée exagérément abondante qui se dégageait de ma cigarette. Elle me parut être aussi large qu’un pilier de temple et elle s’acheminait vers un des 
coins du plafond. Elle frôla la toile d’un faucheux qui
s’y tenait accroché, sa tête relevée vers le mur.
Une mauvaise impulsion subite m’incita à déplacer ma
main latéralement afin que  le parcours de la fumée envahisse le nid de l’insecte, juste pour voir comment
il réagirait, mais, avant que la fumée ne lui parvienne, je
me désistai en rougissant, car j’avais senti le sang affluer vers mon visage et je retirai vivement ma main vers moi pour ne pas enfumer l’araignée, parce que je venais de comprendre que Satan m’y avait incité.
Je maudis le diable qui avait tenté de me pousser à causer du tort à la bestiole et puis je relevai les yeux vers elle.
A ce moment précis, l’araignée saisit d’un geste prompt
un minuscule acarien qui s’était aventuré à portée de ses crochets avec lesquels elle le larda de plusieurs coups rapides pour l’anesthésier. Lorsqu’il cessa de bouger,
elle le tint par le cou comme si elle voulait l’étrangler,
puis elle releva la tête vers le ciel et j’eus l’intuition très nette qu’elle dédiait sa reconnaissance au Créateur
qui lui procurait ainsi sa nourriture, comme on le fait
quand prononce un bénédicité.
Puis elle baissa la tête et mordit « à pleines dents » sa capture au-dessus du thorax et la dévora lentement.
Etonné, je levai les yeux au ciel et pensai :
-- Seigneur ! Dans ce sombre réduit…
Puis je sortis du cabinet de toilette.
-- …qui se trouve dans cet appartement…
Je passai à la salle de bains pour me laver les mains sans prendre trop de garde au merveilleux spectacle qu’offrait l’eau courante en projetant ses gouttelettes diamantines sur les parois du lavabo.
-- …cet appartement qui se trouve dans cet immeuble…
Je pénétrai dans ma chambre et regardai au dehors
par la fenêtre.
-- …cet immeuble qui se trouve dans le centre de cette ville…
Je m’assis sur le divan et posai mes mains sur mes genoux.
--…cette ville qui se trouve dans ce pays…ce pays qui
se trouve sur cette Terre…cette Terre qui se trouve dans l’Espace…cet Espace qui se trouve dans l’immensité
du Cosmos…ce Cosmos qui se trouve dans Ton Royaume…Seigneur ! De toute la hauteur de Ta grandeur…
…et j’imaginai, au-delà du Cosmos, le Royaume céleste
de Dieu et Lui par-dessus tout et Dieu encore plus haut, infiniment plus haut…
J’imaginais cette incommensurable infinité si haute et
si lointaine et encore plus infiniment haute et beaucoup plus infiniment lointaine :
-- …et de cette hauteur infinie, Seigneur, Tu pourvois à
la subsistance de Ta créature, si infiniment petite
qu’elle soit…
Je continuai d’imaginer, comme si je la voyais, une infinie hauteur, telle que je n’aurais jamais pu l’imaginer auparavant et la hauteur qui était au-delà de cette hauteur ne cessait pas de s’accroître. Parvenu aussi loin dans
mon esprit et pressentant l’infinité divine, je fus saisi par une crainte inexplicable qui me fit défaillir et m‘affaisser lentement sur mon côté droit vers le divan, en me sentant m’évanouir. Je ne sombrais pas dans l’inconscience mais dans ce qui me parut être la mort et je me crus mourant quand  je posai mon coude sur le divan pour me soutenir, tandis que cette grande crainte persistait en moi.
 
Je restai affalé et exsangue sur la couche pendant un certain temps, puis je repris peu à peu mes forces, en éprouvant un immense respect pour le Seigneur.    
 
 
 
 

 
  Entrées: 49074 visiteurs Merci pour votre visite !  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=